Les ODD comme cadre de référence de mesure de l’impact

La mesure de l'impact lié aux SDGs est un secteur en pleine évolution. Le défi est de naviguer sans se perdre au sein des différentes méthodologies existantes.

Les fonds d'impact ont des histoires complexes à raconter

Les fonds d’impact qui concilient rentabilité et impact social/environnemental ont des histoires plus complexes à raconter que les fonds traditionnels.

De nombreux articles, documents et méthodologies existent sur la gestion et la mesure de l’impact au niveau de fonds d’investissement. L’investissement lié plus particulièrement aux SDGs (Sustainable Development Goals ou Objectifs de Développement Durable ODD) fait encore ses premiers pas, de même que la gestion et mesure de son impact.

Comment dès lors intégrer dans un secteur en plein développement la gestion et la mesure de l’impact liés aux ODD au sein d’un processus d’investissement ? Sur quelle base identifier et synthétiser les documents et outils existants? Comment formuler une ‘stratégie propriétaire’ et ‘sur mesure’ de gestion de l’impact lié aux ODDs ?

Afin de développer un cadre de gestion de l’impact ODD pour un fonds existant ou en développement, nous définissons les étapes clés sur la base du Practical Guide for measuring and managing impact de EVPA. Ensuite, nous intégrons des éléments liés aux ODD issus d’approches récentes, de même que notre savoir-faire et expérience.

La mesure de l’impact se fait chaque fois à deux niveaux : au niveau du fonds d’investissement lui-même et la manière dont il contribue à l’impact, et au niveau des compagnies dans lesquelles le fonds a ou va investir. L’objectif est d’avoir un alignement de l’impact entre le fonds et ses investissements.

Le point de départ de notre démarche consiste à développer ou à identifier la thèse d’investissement (le problème social ou environnemental adressé) d’un fonds en particulier et de ses investissements. Ensuite, nous confrontons cette thèse aux perspectives des parties prenantes. Pour finir, nous allouons des indicateurs d’impact et développons un système de suivi, de vérification et de reporting de l’impact. 

1. Quelle est la thèse d’investissement et les objectifs de mesure de l’impact

La thèse d'investissement définit le problème social que le fonds adressera

Le point initial de cette analyse au niveau du fonds et ses investissements est toujours l’Impact Value Chain telle que développée ci-dessous.

Au niveau du fonds : Les gérants de fonds doivent avoir une vision claire de la thèse d’investissement du fonds, de ses objectifs et de l’impact attendu.

Dans l’articulation d’une thèse d’investissement, il convient de se poser les questions suivantes : Quel besoin du marché ma thèse d’investissement va-t-elle servir ? Quelle est la preuve que ce besoin existe et quelle est son étendue ? Quel est le problème social/environnemental que le fonds souhaite adresser ? Quels sont les objectifs qui y sont liés et quels sont les résultats qui sont attendus ?  

Des questions plus générales sont également soulevées au sujet de la motivation de mesure de l’impact, des ressources à disposition, du type d’entreprises dans lesquelles le fonds va investir, l’horizon temps de l’investissement.

Au niveau des investissements : Des questions liées à l’Impact Value Chain sont soulevées telles que le problème social adressé, les ressources et activités prévues et les résultats escomptés.

Plus la thèse d’investissement et ses objectifs sont spécifiques, plus la mesure de l’impact est précise.

Impact Value Chain

L’Impact Value Chain (ou théorie du changement) démontre le lien entre:

  • les Inputs – financiers ou humains tels que $ investis, nombre de personnes,
  • les Activities – actions concrètes entreprises telles que des terrains achetés et des écoles construites,
  • les Outputs – qui sont tangibles tels qu’une nouvelle école de tant de places,
  • les Outcomes – en terme de changement plus large tel que le nombre d’élèves ayant désormais un accès à l’éducation et finalement,
  • l‘Impact à long terme – qui ne comprend pas dans notre exemple les élèves touchés pas des programmes similaires existants.

L‘Impact Value Chain’ est développée au niveau du fonds et au niveau des investissements et doit faire du sens d’une manière intégrée.

Chaine de valeur d'impact

Afin de mesurer l’impact, élément le plus difficile à évaluer, nous devons ajuster les résultats à ce qui aurait de toute manière eu lieu (deadweight), aux actions d’autres organisations qui interviennent (attribution), au fait que les résultats d’une intervention diminuent en général avec le temps (drop off), le fait qu’une intervention peut potentiellement être déplacée dans un autre contexte et avoir des résultats supplémentaires (displacement).

2. Quelles sont les priorités d’impact des parties prenantes

L’identification et la participation des parties prenantes (stakeholders) permet de valider la thèse d’investissement et les objectifs identifiés précédemment, au niveau du fonds et de ses investissements. 

Il convient à ce stade de faire une cartographie et priorisation des parties prenantes aux deux niveaux (fonds et investissements). Le but est d’identifier quelles parties prenantes sont bénéficiaires ou contributrices d’impact, leurs priorités et attentes respectives. La communication avec les parties prenantes est un élément essentiel du processus.

3. Comment mesurer les résultats et l’impact par le biais d’indicateurs

Afin de transformer les objectifs décrits dans la première étape en résultats mesurables, il faut clairement établir la chaîne d’impact et ses indicateurs.

Les ‘outputs’ sont liés à des activités internes d’une organisation et généralement plus faciles à mesurer (indicateur : nombre de puits installés). Par contre, les ‘outcomes’ (indicateur : augmentation de la population bénéficiant d’eau) et ‘impact’ qui définissent le changement d’une manière plus large et à long terme se situent en dehors du champ d’activité de l’organisation. Ils sont par conséquent plus difficiles à mesurer.

Choix des indicateurs : Les ODD comme référence

Pour commencer, il est essentiel de définir les indicateurs qui feraient du sens, puis de vérifier leur pertinence au sein de cadres de référence existants.

De préférence, nous sélectionnons des indicateurs au sein de référentiels existants (en priorité les ODD, mais également leur correspondance avec IRIS et GRI ou autres). Les indicateurs doivent être SMART (Specific, Measurable, Achievable, Relevant, Time-bound).

Un des obstacles principaux est l’évaluation de la contribution aux ODD en termes d’impact. En effet, de nombreux indicateurs ODD  ont une nature macroéconomique pour usage par les gouvernements. Ils n’ont pas un rôle explicite pour les investisseurs et les entreprises.

Sur cette base, nous avons donc extrait une quarantaine d’objectifs parmi les 169 indicateurs des ODD. C’est des critères de pertinence et de benchmarking qui ont guidé notre choix.

Choix du thème d'investissement : Les cadres de référence ODD existants

Lors de la sélection de thèmes d’investissement liés aux ODD et d’indicateurs, nous nous référons notamment aux recherches et méthodologies suivantes :

Notre approche prend également en compte les cinq dimensions de l’impact de l’Impact Management Project afin de déterminer et comprendre la contribution d’une organisation aux ODD.

De même que nous intégrons l’Investment Leaders Group In search of impact, document basé sur les ODD avec six thèmes d’investissement et leurs indicateurs. 

4. Comment vérifier et donner une valeur à l’impact

La création d’un ‘feedback loop’ permet d’améliorer la stratégie et revisiter les objectifs, résultats et indicateurs si nécessaire. Ensuite, il faut revenir auprès des parties prenantes et s’assurer de la valeur de l’impact créé. Cela peut être fait par des interviews des parties prenantes, mais également en comparant avec les résultats d’organisations similaires ou en consultant des documents existants. Finalement, nous privilégions les narratifs tels que la satisfaction des clients et le storytelling pour ce type de démarche.

5. Comment suivre et faire un rapport d’impact

Il s’agit dans cette étape de mettre en place un système de suivi de l’impact, en termes de données à collecter, technologie à utiliser, niveau de détail, fréquence, analyse et responsabilités. Le but est de présenter des rapports d’impact qui correspondent aux attentes des cibles internes et externes concernées.

En conclusion

Lorsque nous sommes amenés à développer un cadre d’impact pour un fonds en développement, nous déroulons la stratégie ci-dessus par étape tout au long du processus d’investissement :

Lorsque nous avons été amenés à développer une stratégie de mesure de l’impact pour un fonds existant, nous avons développé un questionnaire diagnostique que nous confrontons à notre démarche. Nous déroulons et analysons ces mêmes étapes tout en faisant une cartographie des investissements existants, leurs objectifs, les différentes activités entreprises et en les reliant aux ODD. Notre analyse se fait en collaboration avec les entreprises dans lesquelles le fonds a investi. Ces dernières valident ou complètent notre analyse.

Nous travaillons en ce moment sur la gestion et mesure de l’impact d’un fonds en création en Jordanie. Celui-ci  investira dans des entreprises qui serviront des réfugiés syriens. Nous soutenons également des fonds et fondations dans le domaine de l’impact et dans la ‘due diligence’ sociale d’entrepreneurs. Notre présence, réseaux et expertise en Afrique Australe depuis de nombreuses années nourrissent notre démarche.

En conclusion, la mesure de l’impact et plus particulièrement liée aux ODD est un secteur passionnant et en plein développement. Le défi aujourd’hui est de naviguer sans se perdre au sein des différents documents et méthodologies existants. Notre veille stratégique nous permet de faire la synthèse des sources existantes, veille permanente au sein d’un domaine en pleine effervescence. Notre objectif est que 360impact devienne une référence dans le domaine de l’impact lié aux ODD.

Les fonds d'impact ont des histoires complexes à raconter

Les fonds d’impact qui concilient rentabilité et impact social/environnemental ont des histoires plus complexes à raconter que les fonds traditionnels.

De nombreux articles, documents et méthodologies existent sur la gestion et la mesure de l’impact au niveau de fonds d’investissement. L’investissement lié plus particulièrement aux SDGs (Sustainable Development Goals ou Objectifs de Développement Durable ODD) fait encore ses premiers pas, de même que la gestion et mesure de son impact.

Comment dès lors intégrer dans un secteur en plein développement la gestion et la mesure de l’impact liés aux ODD au sein d’un processus d’investissement ? Sur quelle base identifier et synthétiser les documents et outils existants? Comment formuler une ‘stratégie propriétaire’ et ‘sur mesure’ de gestion de l’impact lié aux ODDs ?

Afin de développer un cadre de gestion de l’impact ODD pour un fonds existant ou en développement, nous définissons les étapes clés sur la base du Practical Guide for measuring and managing impact de EVPA. Ensuite, nous intégrons des éléments liés aux ODD issus d’approches récentes, de même que notre savoir-faire et expérience.

La mesure de l’impact se fait chaque fois à deux niveaux : au niveau du fonds d’investissement lui-même et la manière dont il contribue à l’impact, et au niveau des compagnies dans lesquelles le fonds a ou va investir. L’objectif est d’avoir un alignement de l’impact entre le fonds et ses investissements.

Le point de départ de notre démarche consiste à développer ou à identifier la thèse d’investissement (le problème social ou environnemental adressé) d’un fonds en particulier et de ses investissements. Ensuite, nous confrontons cette thèse aux perspectives des parties prenantes. Pour finir, nous allouons des indicateurs d’impact et développons un système de suivi, de vérification et de reporting de l’impact. 

1. Quelle est la thèse d’investissement et les objectifs de mesure de l’impact

La thèse d'investissement définit le problème social que le fonds adressera

Le point initial de cette analyse au niveau du fonds et ses investissements est toujours l’Impact Value Chain telle que développée ci-dessous.

Au niveau du fonds : Les gérants de fonds doivent avoir une vision claire de la thèse d’investissement du fonds, de ses objectifs et de l’impact attendu.

Dans l’articulation d’une thèse d’investissement, il convient de se poser les questions suivantes : Quel besoin du marché ma thèse d’investissement va-t-elle servir ? Quelle est la preuve que ce besoin existe et quelle est son étendue ? Quel est le problème social/environnemental que le fonds souhaite adresser ? Quels sont les objectifs qui y sont liés et quels sont les résultats qui sont attendus ?  

Des questions plus générales sont également soulevées au sujet de la motivation de mesure de l’impact, des ressources à disposition, du type d’entreprises dans lesquelles le fonds va investir, l’horizon temps de l’investissement.

Au niveau des investissements : Des questions liées à l’Impact Value Chain sont soulevées telles que le problème social adressé, les ressources et activités prévues et les résultats escomptés.

Plus la thèse d’investissement et ses objectifs sont spécifiques, plus la mesure de l’impact est précise.

Impact Value Chain

L’Impact Value Chain (ou théorie du changement) démontre le lien entre:

  • les Inputs – financiers ou humains tels que $ investis, nombre de personnes,
  • les Activities – actions concrètes entreprises telles que des terrains achetés et des écoles construites,
  • les Outputs – qui sont tangibles tels qu’une nouvelle école de tant de places,
  • les Outcomes – en terme de changement plus large tel que le nombre d’élèves ayant désormais un accès à l’éducation et finalement,
  • l‘Impact à long terme – qui ne comprend pas dans notre exemple les élèves touchés pas des programmes similaires existants.

L‘Impact Value Chain’ est développée au niveau du fonds et au niveau des investissements et doit faire du sens d’une manière intégrée.

Chaine de valeur d'impact

Afin de mesurer l’impact, élément le plus difficile à évaluer, nous devons ajuster les résultats à ce qui aurait de toute manière eu lieu (deadweight), aux actions d’autres organisations qui interviennent (attribution), au fait que les résultats d’une intervention diminuent en général avec le temps (drop off), le fait qu’une intervention peut potentiellement être déplacée dans un autre contexte et avoir des résultats supplémentaires (displacement).

2. Quelles sont les priorités d’impact des parties prenantes

L’identification et la participation des parties prenantes (stakeholders) permet de valider la thèse d’investissement et les objectifs identifiés précédemment, au niveau du fonds et de ses investissements. 

Il convient à ce stade de faire une cartographie et priorisation des parties prenantes aux deux niveaux (fonds et investissements). Le but est d’identifier quelles parties prenantes sont bénéficiaires ou contributrices d’impact, leurs priorités et attentes respectives. La communication avec les parties prenantes est un élément essentiel du processus.

3. Comment mesurer les résultats et l’impact par le biais d’indicateurs

Afin de transformer les objectifs décrits dans la première étape en résultats mesurables, il faut clairement établir la chaîne d’impact et ses indicateurs.

Les ‘outputs’ sont liés à des activités internes d’une organisation et généralement plus faciles à mesurer (indicateur : nombre de puits installés). Par contre, les ‘outcomes’ (indicateur : augmentation de la population bénéficiant d’eau) et ‘impact’ qui définissent le changement d’une manière plus large et à long terme se situent en dehors du champ d’activité de l’organisation. Ils sont par conséquent plus difficiles à mesurer.

Choix des indicateurs : Les ODD comme référence

Pour commencer, il est essentiel de définir les indicateurs qui feraient du sens, puis de vérifier leur pertinence au sein de cadres de référence existants.

De préférence, nous sélectionnons des indicateurs au sein de référentiels existants (en priorité les ODD, mais également leur correspondance avec IRIS et GRI ou autres). Les indicateurs doivent être SMART (Specific, Measurable, Achievable, Relevant, Time-bound).

Un des obstacles principaux est l’évaluation de la contribution aux ODD en termes d’impact. En effet, de nombreux indicateurs ODD  ont une nature macroéconomique pour usage par les gouvernements. Ils n’ont pas un rôle explicite pour les investisseurs et les entreprises.

Sur cette base, nous avons donc extrait une quarantaine d’objectifs parmi les 169 indicateurs des ODD. C’est des critères de pertinence et de benchmarking qui ont guidé notre choix.

Choix du thème d'investissement : Les cadres de référence ODD existants

Lors de la sélection de thèmes d’investissement liés aux ODD et d’indicateurs, nous nous référons notamment aux recherches et méthodologies suivantes :

Notre approche prend également en compte les cinq dimensions de l’impact de l’Impact Management Project afin de déterminer et comprendre la contribution d’une organisation aux ODD.

De même que nous intégrons l’Investment Leaders Group In search of impact, document basé sur les ODD avec six thèmes d’investissement et leurs indicateurs. 

4. Comment vérifier et donner une valeur à l’impact

La création d’un ‘feedback loop’ permet d’améliorer la stratégie et revisiter les objectifs, résultats et indicateurs si nécessaire. Ensuite, il faut revenir auprès des parties prenantes et s’assurer de la valeur de l’impact créé. Cela peut être fait par des interviews des parties prenantes, mais également en comparant avec les résultats d’organisations similaires ou en consultant des documents existants. Finalement, nous privilégions les narratifs tels que la satisfaction des clients et le storytelling pour ce type de démarche.

5. Comment suivre et faire un rapport d’impact

Il s’agit dans cette étape de mettre en place un système de suivi de l’impact, en termes de données à collecter, technologie à utiliser, niveau de détail, fréquence, analyse et responsabilités. Le but est de présenter des rapports d’impact qui correspondent aux attentes des cibles internes et externes concernées.

En conclusion

Lorsque nous sommes amenés à développer un cadre d’impact pour un fonds en développement, nous déroulons la stratégie ci-dessus par étape tout au long du processus d’investissement :

Lorsque nous avons été amenés à développer une stratégie de mesure de l’impact pour un fonds existant, nous avons développé un questionnaire diagnostique que nous confrontons à notre démarche. Nous déroulons et analysons ces mêmes étapes tout en faisant une cartographie des investissements existants, leurs objectifs, les différentes activités entreprises et en les reliant aux ODD. Notre analyse se fait en collaboration avec les entreprises dans lesquelles le fonds a investi. Ces dernières valident ou complètent notre analyse.

Nous travaillons en ce moment sur la gestion et mesure de l’impact d’un fonds en création en Jordanie. Celui-ci  investira dans des entreprises qui serviront des réfugiés syriens. Nous soutenons également des fonds et fondations dans le domaine de l’impact et dans la ‘due diligence’ sociale d’entrepreneurs. Notre présence, réseaux et expertise en Afrique Australe depuis de nombreuses années nourrissent notre démarche.

En conclusion, la mesure de l’impact et plus particulièrement liée aux ODD est un secteur passionnant et en plein développement. Le défi aujourd’hui est de naviguer sans se perdre au sein des différents documents et méthodologies existants. Notre veille stratégique nous permet de faire la synthèse des sources existantes, veille permanente au sein d’un domaine en pleine effervescence. Notre objectif est que 360impact devienne une référence dans le domaine de l’impact lié aux ODD.

Articles récents

Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur print

Intéressé à avoir un impact positif pour votre entreprise et la société?

Alors, parlons-on !